Huit ans plus tard, à 16 ans, le voilà qui fait ses premiers pas avec l’équipe première, lors d’une rencontre face à Göttingen 05. Une première expérience dont il conserve un souvenir ému. Malgré la déception immense qui est ressortie de ces deux rencontres Uwe Seeler en garde un grand souvenir comme il l’a déclaré au site de la FIFA. Expérience au terme de laquelle il compte prendre du recul: “J’avais quitté la Mannschaft après l’Euro 2004, et je voulais me reposer un peu, seules deux équipes pouvaient me faire changer d’envie, le Bayer et la Roma. Fin août, Prandelli démissionne pour rester au chevet de sa femme. Totti, entre autres, m’a appelé pour venir, je devais décider rapidement, je ne pouvais pas amener mon assistant allemand et je n’étais pas compétent sur le foot italien, différent de l’époque où j’y jouais.” Une victoire contre la Fiorentina pour débuter, puis trois revers (Dynamo Kiev en Ligue des champions, Messine, Bologne) et un nul (Lecce) pour finir: “C’est uniquement de ma faute si ça s’est mal passé. Le club pensait voir débarquer l’Allemand qui fait le dur, mais je n’en étais pas capable. J’étais la mauvaise personne au mauvais endroit et moment”, reconnaît-il avec honnêteté.

Il n’a inscrit qu’un seul but, mais le moins que l’on puisse écrire est qu’il nous a fait très mal. Karl-Heinz Rummenigge a félicité Chelsea pour sa gestion des finances du club au milieu de la pandémie de coronavirus en cours et a révélé que le Bayern Munich était aux prises avec des négociations contractuelles depuis qu’il avait besoin de resserrer les cordons de la bourse. “À l’époque, c’était incomparable avec aujourd’hui : nous n’étions pas professionnels, nous avions un travail pour subvenir aux besoins de nos familles”. Pourtant, je ne suis pas satisfait de ses dernières sorties officielles. Pourtant, au premier abord, maillot allemagne Uwe Seeler n’a rien d’exceptionnel et rien ne le prédestine à devenir le buteur qu’il deviendra par la suite. Après une seconde Coupe du monde en 1962 au Chili, Seeler va connaître les plus fortes émotions de sa carrière internationale lors des deux Coupes du monde qui vont suivre. « Je me souviens que mon garde du corps était deux fois plus grand que moi !

L’Allemagne est l’une des nations les plus titrées du monde du football féminin. Des bruits qui parviennent jusqu’aux oreilles du sélectionneur de la RFA, Sepp Herberger qui convoque le jeune artilleur du HSV pour la première fois en 1953. Le début d’une première grande histoire d’amour pour Seeler qui va planter 43 pions en 72 capes et devenir l’une des plus grandes légendes du fußball germanique. En 1966, Uwe Seeler n’est plus le jeune homme émerveillé qu’il était lors de la Coupe du monde 1958. Il est le leader de la Mannschaft et veut ramener le trophée en Allemagne. Un moment intimidant pour le jeune homme qui se retrouve nez à nez avec des légendes vivantes du ballon rond. Il est alors validé par l’arbitre de touche, malgré les protestations des Allemands qui stipulent que le ballon n’a jamais franchi la ligne. De plus, en raison de l’échec de Newcastle à dégager le ballon de sa ligne, Podolski a sauté sur une tête pour son dernier but de 2012. Il a été remplacé par Aaron Ramsey sous une ovation debout. Alors qu’il est revenu bredouille de ses quatre aventures internationales, Seeler a été nommé « capitaine d’honneur de la Mannschaft pour l’éternité » par sa fédération.

Ce surnom lui a été attribué en raison de sa modestie, sa gentillesse et sa loyauté. L’attaquant du HSV a très vite gagné le surnom de Uns Uwe, “notre Uwe” en français, auprès des supporters des Rothosen. Pour les supporters français, le 15 novembre 2003 restera tout de même, un jour inoubliable : Les Bleus battent l’Allemagne 3 à 0 dans la région de la Ruhr à Gelsenkirchen. Avec Karlz-Heinz Schnellinger, on était les plus jeunes du groupe », se rappelle Seeler dans les pages de So Foot . Au total, Uwe Seeler aura participé à quatre Coupes du monde (1958, 1962, 1966 et 1970), c’est autant que des joueurs de la trempe de Pelé, Maradona, Maldini, Ronaldo ou encore Oliver Kahn. Considéré aujourd’hui encore comme un des meilleurs joueurs allemands de l’histoire, Seeler aura dégainé à 404 reprises en 476 rencontres avec le Hambourg SV. Mieux, l’attaquant de la RFA aura marqué au moins un but lors de chacune de ces compétitions.

Leave a Reply

Your email address will not be published.